Le dernier minotier indépendant en Touraine

Publié le par moulinsdetouraine.org

Le dernier minotier indépendant

LA NOUVELLE REPUBLIQUE     -   Publié le 08/04/2018 à 04:55 | Mis à jour le 08/04/2018 à 04:55       ecoNOMIE / AUZOUER-EN-TOURAINE

 

Claude Raimbert devant les broyeurs. 
© Photo NR

 

 

Au Moulin de Courquigny, sur la Brenne, il y a longtemps que l’eau de la rivière ne sert plus à faire tourner les installations. Mais, depuis plus de trois générations la famille Raimbert y fabrique de la farine. Claude Raimbert est donc le troisième à perpétuer la tradition depuis 1913. Un homme discret, fier de son métier et totalement animé par le souci de la qualité de ses farines. Bien sûr, il a modernisé la minoterie, installé un laboratoire, équipé de matériel de panification pour contrôler sa farine. Il est prolixe pour évoquer la sélection de ses blés, du souci de produire des farines qui donneront toujours un pain avec le même parfum et un goût identique, avec la même couleur de croûte. Même s’il est entouré de quinze collaborateurs, le minotier aime vérifier lui-même les installations. Et son logement étant à côté de la minoterie, il lui arrive de produire lui-même, la nuit, pour satisfaire des commandes urgentes. « Nous effectuons des campagnes de 1.500 quintaux, et nous n’avons que dix jours de production d’avance » dit-il en montrant ses silos de stockage. « Une farine, c’est comme un vin, avec ses contrôles à l’aveugle après panification, elle doit avoir un goût constant, mais avec une même farine chaque boulanger réalisera un pain différent ». Claude Raimbert aime son métier et est très fier de son indépendance. Il est le dernier minotier indépendant du département et déplore la disparition des meuniers au profit des grands groupes.
Tous les ans il est présent à la foire de Tours et fabrique des pains, dont le profit de la vente est reversé à une association contre le cancer. Et à la minoterie il vend aussi aux particuliers.

Publié dans Moulins

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article